Mon Aménagement Jardin récupérateur eau de pluie
Pour récolter et stocker de l'eau, nous vous proposons des récupérateurs d'eau de pluie, enterrés ou hors-sol. Retrouvez toutes les informations dont vous avez besoin pour choisir votre cuve de récupération d'eau de pluie dans notre dossier récupérateur d'eau de pluie.
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. 4
  5. 5

Nos meilleurs conseils pour le choix de votre récupérateur d’eau de pluie.

Quel récupérateur d’eau, pour quels besoins ?

Récupérer les eaux pluviales permet de réduire sa consommation d’eau, et notamment d’eau potable. Solution à la fois écologique et économique, la récupération d’eau offre la possibilité d’économiser une ressource qui n’est pas illimitée tout en allégeant sa facture d’eau.

Différentes installations permettent de collecter de l’eau de pluie. Tout dépend de vos besoins et de la pluviométrie de votre ville ou région, des critères qui vous aideront à déterminer la capacité de votre future citerne et donc le type de cuve qu’il vous faudra. Il existe deux principaux types de récupérateurs d’eau de pluie : les cuves hors-sol et les cuves enterrées.

Récupérateur d’eau hors-sol

Les citernes hors-sol, ou aériennes, n’ont qu’une capacité limitée et conviendront pour la collecte de quantités d'eau relativement modestes. Peu coûteuse et facile à installer, une cuve hors-sol est idéale pour l’approvisionnement nécessaire à l’arrosage d’un jardin ou au lavage d’une voiture, par exemple. C’est la solution idéale pour les terrasses et petits jardins.

Ces récupérateurs aériens peuvent prendre la forme d’une cuve rigide ou d’un réservoir souple. Ce type de récupérateur offre généralement une capacité de stockage maximum de 2000 litres. Certains modèles peuvent par ailleurs être couplés afin d’augmenter les quantités récupérables. Il existe même des citernes décoratives, bien plus esthétiques, qui facilitent l’intégration de votre installation dans votre cour ou jardin.

Récupérateur d’eau enterré

Une cuve enterrée permet quant à elle de stocker des quantités bien plus importantes, pouvant parfois atteindre plusieurs dizaines de milliers de litres, selon les modèles. Outre les applications évoquées plus haut, ce type de cuve permet également d’alimenter les sanitaires et certains appareils électro-ménagers de la maison. Veillez toutefois à traiter l’eau récoltée de manière adaptée si vous souhaitez l’utiliser pour laver du linge, par exemple.

L’installation d’une telle cuve requiert des aménagements, un savoir-faire et du matériel adaptés. Le budget à allouer est également plus conséquent. Une fois installé, un récupérateur enterré doit être complété par un dispositif de pompage permettant d’acheminer l’eau stockée vers le jardin ou la maison, selon le type d’utilisation que vous souhaitez faire de l’eau récoltée. Des systèmes de filtration plus ou moins poussés sont également à prévoir.

Comment fonctionne un récupérateur d’eau ?

Le fonctionnement d’un récupérateur d’eau de pluie est plutôt simple, qu’il s’agisse d’une cuve hors-sol ou enterrée. La pluie tombée sur le toit passe par une gouttière dont la descente est raccordée à votre récupérateur, où l’eau sera stockée. Selon le type de cuve et l’usage auquel vous destinez l’eau récoltée, des filtres plus ou moins précis se chargeront d’éliminer les éléments indésirables.

Les cuves hors-sol sont généralement dotées d’un robinet grâce auquel vous pouvez tirer l’eau collectée. Il est également possible d’utiliser un tuyau d’arrosage, à raccorder à la vanne de vidange. Pour les cuves enterrées, il faudra en revanche avoir recours à une pompe à eau motorisée.

Réglementation

L’eau de pluie peut être récupérée pour en faire un usage domestique, à l’extérieur ou à l’intérieur de la maison. L’aval de votre toiture ne doit cependant pas être accessible, hormis en cas de maintenance. Utiliser l’eau collectée à l’intérieur de votre domicile n’est par ailleurs autorisé que si le revêtement de votre toit ne contient ni plomb, ni amiante-ciment. Ces points sont valables pour les récupérateurs hors-sol comme pour les cuves enterrées.

D’autres règles, plus strictes, concernent les propriétaires de récupérateurs d’eau enterrés. Ainsi, si votre installation est raccordée au réseau d’assainissement collectif, ce qui est le cas si vous utilisez l’eau récoltée dans votre domicile, vous devrez impérativement déposer une déclaration d’usage auprès de votre mairie.

Dans le cas d’une utilisation domestique, les robinets alimentés par de l’eau récupérée doivent être identifiés comme tels, à l’aide d’une plaque signalant la non potabilité de l’eau. Il est par ailleurs interdit d’installer un robinet fournissant de l’eau de pluie dans la même pièce qu’un robinet d’eau potable, sauf pour les pièces de type cave, garage ou sous-sol, par exemple. Notez enfin que l’entretien et le suivi de votre installation est obligatoire.